Choix du futur conjoint: quand Dieu dit non

Lorsqu’un enfant demande un chiot à ses parents, avec insistance, il ne pense pas au temps à investir pour aller promener ce chien, l’agréable tâche de ramasser ses petits “cadeaux” et le prix à payer pour les soins vétérinaires et la nourriture. Lorsque les parents disent non, les enfants ne voient qu’un “non” face à leur plaisir, et ils sont bien sûr très fâchés. Mais les parents eux voient le portrait global de la situation et prennent leurs décisions en calculant tous les détails de cet investissement.

Dieu est un bon père et Il désire le meilleur pour nous, mais ses plans ne sont pas toujours les mêmes que les nôtres. Notre vision est limitée à notre présent, à nos désirs et talents actuels, mais Dieu voit aussi l’avenir et toutes les personnes qu’Il peut mettre dans notre vie pour changer nos circonstances. Certaines choses semblent très agréables à première vue, mais le temps, nous réalisons que ces choses sont très demandantes et nous volent notre temps, nos forces et notre argent. Il est donc possible que Dieu parfois réponde à notre prière par un “non”.

Nos demandes semblent parfois bien légitimes. “Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.” (2 Corinthiens 12.8-9 LSG) Jésus aussi, dans le Jardin de Gethsémané a demandé à Dieu de lui éviter la souffrance. “Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.” (Matthieu 26.39 LSG) Bien sûr, Jésus avait compris que la volonté de Dieu devrait toujours passer avant la nôtre.

Il y a des prières auxquelles Dieu acceptera toujours de répondre. “Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée.” (1 Jean 5.14-15 LSG) Sa volonté est que nous soyons sauvés, délivrés, en santé et prospère (que nous ne manquons de rien). Si nous prions sa volonté, nous savons que possédons déjà la réponse : Jésus est mort à la croix pour nous donner accès à ces bénédictions. Nous ne les recevrons pas toujours de la façon que nous pensons, mais Dieu répond toujours à sa façon.

Mais pour ce qui est du choix de notre partenaire, il faut reconnaître la voix de Dieu lorsqu’Il répond “non” à notre prière. Parfois il nous dira pourquoi nous ne devons pas entrer en relation avec cette personne, mais parfois, il ne nous donnera pas la raison : nous aurons seulement ce sentiment au fond de nous que nous ne devrions pas continuer cette relation. Si nous ne sommes pas convaincus de la réponse, nous pouvons demander à Dieu de clarifier sa réponse, et Il le fera par sa Parole, par un signe ou par les conseils d’un chrétien mature. Mais dès que nous sentons le refus de Dieu, il faut tout de suite reculer, il ne faut pas trop réfléchir. Lorsque nous y pensons trop longtemps, nous pourrions nous convaincre de ne pas obéir!

Quand devons-nous persévérer dans la prière, et quand devons-nous arrêter? Très simple, vous pourrez arrêtez de prier lorsque vous aurez votre réponse! Mais cette dernière pourrait être positive ou négative! Si Dieu vous dit non, ne continuez pas à Lui demander, ce n’est plus le moment d’être persévérant, c’est le moment d’être obéissant! C’est tout à notre avantage d’obéir, parce que même si nous n’aimons pas les refus, nous savons que Dieu nous aime et veut le meilleur pour nous. S’Il dit non, c’est pour notre bien. Passez à autre chose, regardez toujours vers l’avant : le meilleur est à venir!

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.