Winnie Mandela, ex-épouse de Nelson, est morte

Winnie Madikizela-Mandela, héroïne de la lutte contre l’apartheid et ex-épouse de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, est décédée ce lundi, à l’âge de 81 ans, dans un hôpital de Johannesburg. «C’est avec une grande tristesse que nous informons le public que Mme Winnie Madikizela Mandela est décédée à l’hôpital Milpark de Johannesburg lundi 2 avril», a déclaré Victor Dlamini, son porte-parole dans un communiqué. «Elle est décédée des suites d’une longue maladie pour laquelle elle a été hospitalisée à plusieurs reprises depuis le début de l’année. Elle est partie en paix, en tout début d’après-midi lundi, entourée de sa famille», a-t-il ajouté.

Victor Dlamini a rappelé que Winnie Madikizela Mandela, qui «était l’une des plus grandes icônes de la lutte contre l’apartheid», a «sacrifié sa vie pour la liberté de l’Afrique du Sud». Elle était surnommée la «mère de la nation». Après sa rencontre en 1956 avec Nelson Mandela, figure de proue de l’ANC, elle émerge rapidement comme une icône de la lutte anti-apartheid durant les longues années de prison de son mari (août 1962-février 1990). «Winnie» a été assignée à résidence dans la ville de Brandfort et n’avait été autorisée à rencontrer son mari que deux fois par an, tous les six mois, à la prison de Robben Island, près du Cap.

Winnie Madikizela était connue pour être sans concession contre l’apartheid. D’où sa popularité au sein de l’ANC. Son combat finira par payer. Tout le monde se souviendra de l’image de Nelson et de Winnie Mandela lorsqu’ils sont apparus tous les deux ensemble, main dans la main, à la sortie de prison du héros sud-africain en 1990 après 27 ans derrière les barreaux. Des dizaines de milliers de leurs partisans les avaient  accueillis en héros. Cette scène avait marqué la fin du régime raciste de l’apartheid. Un régime qui s’est effondré grâce à la mobilisation de toute l’Afrique.

L’ex-archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu a, d’ailleurs, salué la mémoire de Winnie Mandela, estimant qu’elle avait été un «symbole majeur» de la lutte contre le régime de l’apartheid. «Elle a refusé de céder face à l’incarcération de son mari, le harcèlement perpétuel de sa famille par les forces de sécurité, les détentions, les interdictions et son bannissement. Son attitude de défi m’a profondément inspiré, ainsi que des générations de militants», a déclaré le prix Nobel de la Paix dans un communiqué.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.