Un enseignant jugé pour des relations sexuelles avec une élève de 14 ans

A partir de ce lundi 27 novembre 2017, le professeur d’une classe de collège est jugé devant le tribunal correctionnel de Seine-et-Marne. Il a entretenu une relation amoureuse avec l’une de ses jeunes élèves, et comparaît pour “atteinte sexuelle sur mineur” et “abus d’autorité”…

Les feux de la cour. Un professeur de mathématiques d’un collège de Seine-et-Marne est jugé pour les relations amoureuses qu’il a entretenues avec une jeune fille de 14 ans cinq mois durant. Lui-même âgé de 31 ans, il aurait eu avec elle des relations sexuelles, qui, aujourd’hui, selon les propos de sa mère, “se sent trahie, salie”. Quelles sont les limites dans la loi dans un cas comme celui-ci ? Selon le procureur de Fontainebleau Guillaume Lescaux, “il n’y a eu ni contrainte, ni surprise, ni menace” et affirme qu’il s’agit d’une histoire d’amour. Le procureur avait ajouté : «Même quand il y a consentement, un adulte ne peut pas avoir de relations sexuelles avec un mineur de moins de 15 ans. Et, quand on est en position d’autorité, le consentement n’est possible qu’à partir de 18 ans.»

Le samedi 24 novembre dernier, le président Emmanuel Macron présentait ses directives pour prévenir les violences sexistes et sexuelles, et proposait l’établissement d’un seuil de présomption de non-consentement des mineurs aux relations sexuelles à 15 ans. Dans la lignée de cette affaire, France Inter rappelle que deux autres cas similaires sont toujours en traitement. L’une à Melun, où un homme de 22 ans a été accusé de viol sur une fillette de 11 ans le 7 novembre, et l’autre à Pontoise, en septembre, un homme de 28 accusé de faits similaires sur une jeune fille du même âge.

Selon le Parisien, C’est le beau-père de l’enfant qui, lorsqu’il a pris connaissance de l’identité du professeur, a violemment conduit ce dernier au commissariat. De son côté, la mère se confie à l’AFP sur l’état de sa fille : “C’est une enfant, une fleur bleue, elle croit au grand amour, il le sait en tant que professeur, il s’est servi de ça pour séduire ma fille, pour moi c’est un prédateur sexuel”
Pour l’heure, l’enseignant est suspendu, et l’enfant n’est pas retournée à l’école. Face à ces accusations, il encourt jusqu’à sept ans de prison…

1 Partages
Partagez1
Tweetez
+1
Partagez