Libye : des migrants vendus comme esclave

La détérioration des conditions de détention des migrants et réfugiés en Libye rend la situation «inhumaine», affirme l’ONU ce mardi. Une équipe de la chaîne de télévision CNN en a la preuve: celle-ci a filmé une vente aux enchères d’êtres humains

«Ils sont forts et bons pour le travail à la ferme.» Voilà comment les passeurs libyens présentent, sur des images obtenues par les équipes de CNN et authentifiées par la chaîne américaine, «la marchandise»: des migrants venus d’Afrique subsaharienne, vendus aux enchères. Ces images ont été filmées en Libye. On y voit des hommes noirs, en file indienne, attendant que leur prix soit déterminé par quelques acheteurs potentiels. Deux sont finalement «cédés» à l’un des enchérisseurs pour 800 dollars.

«Chaque année, des dizaines de milliers de personnes traversent la frontière libyenne, fuyant la guerre ou cherchant de meilleures perspectives économiques en Europe. La plupart ont tout vendu pour financer un voyage à travers la Libye jusqu’à la côte et traverser ensuite la Méditerranée. Néanmoins, après que des mesures drastiques ont été prises par les gardes-côtes libyens, de moins en moins de bateaux parviennent à réaliser cette traversée, laissant les passeurs avec un grand nombre de passagers désemparés. C’est ainsi que les passeurs deviennent des maîtres, et que les migrants et réfugiés se transforment en esclaves», explique Lauren Said-Moorhouse, envoyée spéciale de CNN, sur le site de la chaîne.

Après avoir vu les images d’une de ces «ventes», transmises par un de ses contacts sur place, la journaliste s’est rendue en Libye pour mener l’enquête dans une ville tenue secrète afin de protéger ses fixeurs. L’envoyée spéciale a ainsi assisté, en direct avec une caméra cachée, à la vente de 12 citoyens nigérians. Elle explique ensuite avoir cherché à leur parler, mais aucun n’a souhaité s’exprimer. Son départ a rapidement été exigé. Celle-ci estime que ces «marchés» d’êtres humains ont lieu à intervalles réguliers, à raison d’«un à deux par mois».

4 Partages
Partagez4
Tweetez
+1
Partagez