Militaires renversés à Levallois-Perret : ce que l’on sait du suspect interpellé

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

SÉCURITÉ – Un homme a été interpellé sur une autoroute à la suite de l’attaque contre des militaires de l’opération Sentinelle mercredi matin à Levallois-Perret. Une arrestation confirmé par Édouard Philippe.

Quatre jours après une tentative d’attaque contre des soldats à la tour Eiffel à Paris, des militaires français ont de nouveau été ciblés.

Une voiture a foncé sur des hommes de l’opération Sentinelle mercredi matin 9 août à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). L’attaque a eu lieu devant une caserne militaire située au centre de cette ville limitrophe de Paris. Six soldats ont été blessés, dans cet “acte lâche”, aussitôt condamné par la ministre des Armées Florence Parly.

Le véhicule soupçonné d’avoir percuté les militaires a été intercepté et son conducteur, blessé par balle par la police, a été appréhendé. L’interpellation, “musclée” selon une source proche de l’enquête, s’est déroulée en début d’après-midi sur l’autoroute A16 en direction de Calais, au niveau de la commune de Leulinghen-Bernes (Pas-de-Calais). Pour échapper à son arrestation, le conducteur a percuté un ou plusieurs véhicules, et les policiers ont fait feu à plusieurs reprises, selon une source judiciaire.

Selon une source policière, l’homme, qui n’était pas armé, a été blessé par cinq balles. Traqué par quelque 300 policiers, cet Algérien de 36 ans est “susceptible d’être l’auteur” de l’attaque, “car il était à bord” et “a tenté de prendre la fuite”, a précisé une source judiciaire.

Sa garde-à-vue a été levée dans l’après-midi compte tenu de son hospitalisation, tandis que des perquisitions étaient en cours, selon des sources concordantes. “Son état de santé ne permettait pas qu’il soit entendu” par les policiers et sa garde à vue d”a été rapidement levée”, a indiqué une source judiciaire. Elle reprendra si les médecins jugent son état compatible avec cette mesure.

Cet étranger résidant dans les Yvelines, en situation régulière, n’a jamais été condamné, selon la source judiciaire.

“Des perquisitions sont en cours”, a indiqué une source policière, sans plus de précisions. L’une d’entre elles avaient lieu en fin d’après-midi dans un immeuble de Bezons (Val d’Oise), à proximité de Sartrouville (Yvelines), selon une journaliste de l’AFP sur place.

D’après une source sécuritaire, la perquisition a démarré à 16h15 dans un quartier résidentiel de cette commune à l’ouest de Paris, où des policiers cagoulés et parfois casqués gardaient l’entrée.

ARRESTATION CONFIRMÉE PAR EDOUARD PHILIPPE À L’ASSEMBLÉE

Le Premier ministre a confirmé plus tard, devant l’Assemblée nationale, cette arrestation. “À l’heure où je parle, un suspect, qui était au volant du véhicule incriminé, a été interpellé sur l’autoroute qui relie Paris à Boulogne-sur-Mer”, a déclaré Édouard Philippe.

“Je ne peux pas commenter en quoi que ce soit ni les conditions de l’arrestation ni évidemment les éléments qui relèveront de l’enquête, mais je veux féliciter l’ensemble des forces de sécurité qui dans un délai très court ont permis d’appréhender le suspect, principal à ce stade, de cette attaque”, a-t-il poursuivi.

Le chef du gouvernement a par ailleurs confirmé que l’état de santé des militaires blessés “n’inspire plus d’inquiétude” et que les blessures subies sont “fort heureusement légères”. Il a rendu hommage aux policiers, gendarmes, militaires mobilisés, qui sont les “chevilles ouvrières” de la lutte contre les attentats, mais aussi “les cibles” de leurs auteurs. Il a adressé sa “reconnaissance” aux blessés et à leur famille.

Un policier a été blessé lors de l’interpellation. Touché à la cuisse, les jours de ce policier de la BRI de la police judiciaire de Lille ne sont néanmoins pas en danger. La BRI de la police judiciaire de Rouen, qui était déjà intervenue lors de l’attaque de Saint-Étienne-du-Rouvray, a également été mobilisée.

“UN ACTE DÉLIBÉRÉ”

À la mi-journée, le ministre de l’Intérieur assurait qu’il s’agissait d’un “acte délibéré”. “Une voiture qui était dans le quartier est arrivée vers le dispositif, elle roulait doucement, à 5 mètres à peu près des militaires, elle a accéléré de manière à pouvoir les percuter. (…) Nous savons que c’est un acte délibéré, ce n’est pas un acte accidentel”, a-t-il déclaré devant l’hôpital Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), où sont hospitalisés les trois militaires les plus légèrement blessés.

Alors que le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a assuré que “tous les moyens sont mis en oeuvre pour neutraliser” le ou le auteurs de cette attaque, M. Collomb avait assuré que “l’ensemble du dispositif de sécurité est extrêmement important”. “Ce que nous ont dit les militaires présents ici, c’est qu’effectivement, il leur semblait que c’était un homme seul, mais à l’heure qu’il est nous ne pouvons rien affirmer”, a ajouté le ministre.

LE PARQUET ANTITERRORISTE ENQUÊTE

L’enquête du parquet antiterroriste, ordonnée notamment pour “tentatives d’assassinats sur personnes dépositaires de l’autorité publique en lien avec une entreprise terroriste” et “association de malfaiteurs terroriste”, a été confiée à la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

C’est, selon le ministre de l’Intérieur, “la sixième fois” que des militaires de l’opération Sentinelle sont pris pour cible depuis les attentats de janvier 2015. “Cela veut dire que la menace reste aujourd’hui extrêmement importante et que nos forces de sécurité, nos forces militaires sont toujours prises pour cible”, a-t-il affirmé. “On voit que les mesures que nous prenons sont absolument nécessaires si nous voulons que nos concitoyens puissent vivre en sécurité”, a-t-il aussi dit, mentionnant le projet de loi antiterroriste voulu par le gouvernement pour prendre le relais de l’état d’urgence, qui a été prolongé jusqu’au 1er novembre.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Comments

comments

Tu pourrais aussi aimer ...

Lire les articles précédents :
Trump promet «le feu et la fureur» à la Corée du Nord

Le président américain Donald Trump a menacé, mardi, la Corée du Nord «avec du feu et de la fureur comme...

Fermer