L’eau en bouteille de nombreuses marques, dont Evian et Nestlé, contaminée par du plastique

L’eau en bouteille de plusieurs marques serait contaminée par des particules de plastique, notamment de polypropylène, de nylon et de polytéréphtalate d’éthylène (PET), selon une étude américaine, menée sous la conduite de Sherri Mason, professeure à l’université de l’État de New York à Fredonia. Les chercheurs ont testé l’eau de plus de 250 bouteilles dans neuf pays (Brésil, Chine, Etats-Unis, Inde, Indonésie, Kenya, Liban, Mexique, Thaïlande), selon cette étude publiée par la plateforme journalistique à but non lucratif Orb Media.

Résultat : le plastique a été trouvé dans 93% des échantillons d’eau en bouteille des marques comme Evian, Nestle Pure Life, San Pellegrino, Aqua, Aquafina ou Dasani. En moyenne, 10,4 particules d’une taille de l’ordre de 100 microns (0,10 millimètre) et 314,6 particules de petite taille ont été trouvées dans chaque litre d’eau.

« De l’eau dans des bouteilles en verre contenait aussi des microplastiques »

Contrairement à ce qu’on peut penser, les bouteilles en verre contiendraient aussi du plastique. En effet, selon les auteurs de l’étude, « de l’eau dans des bouteilles en verre contenait aussi des microplastiques ». « Je pense que cela vient du processus de mise en bouteille. Je pense que la plupart du plastique vient de la bouteille elle-même, de son bouchon, du processus industriel d’embouteillage », a déclaré la professeure Sherri Mason à l’AFP.

Cependant, l’étendue des risques que posent ces particules sur la santé humaine est méconnue. « Il y a un lien avec certains types de cancer, la diminution de la quantité de spermatozoïdes ou encore avec l’augmentation de certaines maladies comme le trouble du déficit de l’attention ou l’autisme », selon la professeure Sherri Mason, qui pense que ces différentes affections ont un rapport avec la présence de produits chimiques de synthèse dans l’environnement.

« L’eau du robinet beaucoup plus sûre que l’eau en bouteille »

« Et nous savons que les plastiques apportent un moyen à ces substances d’entrer dans notre corps », a-t-elle expliqué. Jacqueline Savitz, responsable pour l’Amérique du Nord de l’ONG Oceana qui lutte contre la pollution des océans, a estimé que cette étude apportait une raison de plus de limiter la production de bouteilles d’eau en plastique. « Il est plus urgent que jamais aujourd’hui de faire en sorte que les bouteilles d’eau en plastique soient une chose du passé », a-t-elle estimé. Selon une précédente étude publiée par Orb Media, des particules de plastique seraient également présentes dans l’eau du robinet, mais en moins grande quantité. « L’eau du robinet, globalement, est beaucoup plus sûre que l’eau en bouteille », a affirmé Sherri Mason.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.